SOPHROLOGIE ET ACCOMPAGNEMENT AU TRAITEMENT MEDICAL

En cas de maladie grave ou invalidante tel que le cancer (ou encore  sclérose en plaques, polyarthrite, hypertension artérielle, accouphénes, chirurgie maxillo faciale  …) les séances de sophrologie que je vous propose vont vous permettre soit  après avoir subi des traitements, soit en cours de traitement, de vivre avec la maladie de la meilleure manière qui soit. Ceci en complément du traitement médical car la sophrologie ne peut pas se substituer au traitement médical. Elle l’accompagne.

Lors d’une pathologie lourde,  les personnes souffrantes ont souvent du mal à intégrer les changements dans leur corps (d’un point de vue physique mais aussi psychologique) à se le réapproprier. La gestion de la douleur, l’estime de soi, la confiance, le sommeil, le stress , l’anxiété, la peur de l’avenir sont des problématiques que le malade, en plus de sa maladie, doit pouvoir gérer au quotidien.

En tant que  sophrologue, je vous aide par une méthode d’acceptation de votre corps, par la pensée positive, par le retour à soi en acceptant la maladie, à l’intégrer dans votre quotidien. La sophrologie permet également au malade de récupérer de ces journées parfois très éreintantes. Ce que je me propose de faire avec vous… ou l’un de vos proches.

La sophrologie en accompagnement de traitement médical, et par le biais d’exercices de relaxation, de visualisation positive, de reconnexion à son corps va aider la personne par des séances personnalisées. Les exercices proposés sont adaptés,  individualisés et sans douleur pour le corps.  Les exercices sont  réalisés avec  la personne.  Même lorsque la personne a des difficultés corporelles momentanés ou définitives. : c’est l’adaptation du sophrologue à la personne.

“Une étude observationnelle réalisée à l’Institut Curie et publiée dans la revue Soins vient confirmer l’atout que représentent la sophrologie pour des patientes traitées en chimiothérapie pour un cancer du sein. Même s’il faut rester prudent, car cette étude n’est qu’observationnelle, les résultats sont encourageants. Elle corrobore en effet le retour positif des patientes que les soignants ont souvent. Non seulement cette activité offre l’opportunité aux patientes de prendre une part active à leur traitement, mais les résultats positifs engendrés leur permettent de mieux l’accepter et de s’investir. Ces résultats confortent la démarche institutionnelle d’amélioration de la qualité de vie des patients menée par l’Institut Curie : Source : étude publiée dans la revue Soins n° 800 – novembre 2015, Elsevier ; Texte : Nathalie Oudar le 23/12/2015″